MÉMOIRES DE BAINS ROMAINS

La Bonite à dos rayé

 

| A | B |
| C | D |
| E | F |
| G | H |
| I | J |
| K | L |
| M | N |
| O | P |
| Q | R |
| S | T |
| U | V |
| W|X |
| Y | Z |

 

 

Retour à l'index lettre B

 

Méditer. : Bonite (Pélamide). Scientifique : Sarda Sarda

Dessin Jean Marc Costantino

... ou pélamide

Le meilleur de tous les thonidés, supérieur au thon et à tous les autres, selon les Turcs qui en sont très friands, comme nous-mêmes !

À condition qu'il s'agisse de la vraie bonite dont le nom scientifique est Sarda Sarda (Bloch) ou Pelamys Sarda.

En Languedoc-Roussillon, on l'appelle Bounitou, en Provence, Bounicou, Boussicou ou Palamida, en Italie Palamita.

La silhouette de la bonite est plus profilée que tous les autres thonidés, la forme de sa tête plus allongée avec une bouche plus large, plus fendue ou ouverte. Elle dépasse rarement les 70-80 centimètres et présente chez l'adulte douze à seize rayures dorsales obliques caractéristiques, dix seulement chez les plus jeunes spécimens.

La bonite se trouve partout en Méditerranée et en Mer Noire, d'où elle émigre vers le Sud au cours des derniers mois de l'année pour y revenir d'avril à juin.

Il existe une seconde bonite, celle qui est à ventre rayé, plus commune dans les océans Atlantique et Pacifique et que l'on rencontre au Sud de la Méditerranée. Elle se distingue de la première par la nageoire haute et pointue et par des nageoires pectorales plus petites. Mais surtout par le fait qu'elle n'a plus le dos rayé, mais présente au contraire des bandes parallèles bleu foncé qui courent de proue en poupe le long de son ventre, la rendant reconnaissable.

Son nom scientifique est Euthynnus Pelamis ou Katsuwonus Pelamis (Linné) de son nom japonais Katsuwo où ce poisson est, à la fois, très commun et très apprécié.

Ces deux poissons atteignent des tailles respectables de 70 à 80 centimètres et un poids de 3 à 4 kilos, qui font que l'on peut rarement les manger en entier. En Algérie, nous mangions les bonites frites, coupées en tranches (darnes), farinées et salées. Le supplément était préparé en escabèche, sauce vinaigrée aux câpres, permettant une longue conservation, et une dégustation froide.

Pas question cependant d'attraper ce merveilleux poisson à la chasse sous-marine, même s'il nage en surface par troupe de quinze individus : généralement éloignés des côtes, il passe de cap en cap. On prend par contre un plaisir quasiment sadique à les attraper à la traîne, où leur voracité leur fait faire une chasse sans merci aux sardines, poissons volants, maquereaux et leurres de toute nature.

Gérard Stagliano

Index Mails

 

 

Index

Toutes nos pages :

Faune sous-marine

 

 

Voir le site, très pro , de Raymond Mingaud qui présente, entre autres, de très belles photos de nos poissons préférés.
http://perso.wanadoo.fr/raymond.mingaud/

Voir la cuisine pied-noir aux éditions Edisud : http://www.cuisine-pied-noir.com.

De Christophe Certain.

 

 
 
Haut de page