MÉMOIRES DE BAINS ROMAINS

Les Méduses

 

| A | B |
| C | D |
| E | F |
| G | H |
| I | J |
| K | L |
| M | N |
| O | P |
| Q | R |
| S | T |
| U | V |
| W|X |
| Y | Z |

 

 

Retour à l'index lettre M

 

Non, ce n'est pas une nouvelle version de l'année des méduses, ce film qui faisait un procès monstrueux à ces sales petites bêtes qui vous gâchent souvent une si belle journée de plage.
Je viens pour en parler, encore que de moi-même je ne me serais pas attardé sur ces bestioles, aussi belles soient-elles, évoluant dans leur élément naturel... la Méditerranée que je chéris tant.

Je commence par les petites mauves, munies de très longs filaments violets, du plus bel effet visuel. À l'époque bénie où nous tâtions à la chasse sous marine en découvreurs, en Algérie, elles arrivaient en masse, pour nous contrarier bien fort, avec le vent d'ouest, synonyme de beau temps et de mer chaude.
Néanmoins, elles ne nous interdisaient pas le bain et encore moins la chasse sous-marine tant nous étions accros. D'autant que dans cet exercice nous étions munis d'un masque qui nous permettait théoriquement de les repérer.

Ce jour-là, muni de mon masque Hurricane, de mon tuba et bien évidemment de mes palmes Champion, j'étais descendu entre le gros et le grand rocher de la plage Indépendance de notre jeunesse, à la recherche de je ne sais trop plus quelle proie. Le temps ensuite de reprendre de l'air à la surface et de rebaisser les yeux vers le poisson en question, j'en coince une, une méduse, sur ma gorge nue à l'époque puisque nous chassions sans tenue de néoprène. J'ai eu le sentiment d'être égorgé vif. Une brûlure intense me fit pousser instantanément une énorme boule en forme de pomme d'Adam que je n'ai jamais eue au demeurant.
Je me serais arraché la gorge tant cette brûlure me torturait. Et j'en garde encore aujourd'hui le plus mauvais des souvenirs.
Mais il y a les autres, les grosses blanchâtres, avec un gros chapeau (ombrelle) et des multitudes de tentacules par-dessous, de toutes les formes et couleurs. Il y a même, vivant entre ces tentacules, de minuscules poissons, très jolis, chargés sans doute du nettoyage de la bébête en question.

À Sète, un jour où je déambulais sur le double quai où sont amarrés les chalutiers de cette ville ouverte sur la mer, il y en avait de très nombreuses tout du long. Il faut savoir que celles-ci sont inoffensives. Elles ne piquent pas et c'est seulement si ne vous les manipulez, comme il m'est arrivé bien souvent de le faire, qu'elles vous irritent à la longue la peau interne des bras, la plus fragile.

Nous étions allés, cette année-là, visiter toutes les Pyrénées, que je ne connaissais pas, pour finir du côté du Bassin d'Arcachon par une ventrée de fruits de mer.
Nous visitons l'incontournable dune du Pilat et nous descendons nous baigner du côté mer. Je me mets à l'eau avec mon masque et je tombe nez à nez avec un énorme spécimen de quelque 25 kilos au bas mot. Je la saisis à bras le corps et je sors de l'eau avec mon trophée, sûr de faire une impression boeuf sur le baigneur lambda et notamment sur mon fils Rémi, âgé d'une quinzaine d'année.
Ce qui n'a pas manqué. Photo prise (il faudra que je la cherche parmi toutes mes diapositives soigneusement rangées au fin fond de l'appartement), je la remets à l'eau car ces bestioles supportent assez mal le soleil. En sortant du bain, je rencontre deux jolies naïades qui allaient se baigner seins nus !
Je les mets en garde contre ces monstrueuses méduses pour rire et pour juger de l'effet produit. Elles ne me croient pas. Furieux, je leur demande de patienter, le temps d'aller rattraper le monstre. Et bien, vous me croirez si vous voulez, je ne l'ai pas retrouvé ! Il s'était échappé à une vitesse grand V que je ne soupçonnais pas.
Gérard STAGLIANO

Méduse : Elle pesait la bagatelle de 20 à 25 kilos et faisait fuir le touriste lambda.

Gérard STAGLIANO

Bonjour,
La piqûre de la méduse violette t'a t-elle laissé des traces ?
Merci de ta réponse.

E.MAS

Bonjour,
Non, je ne garde de souvenirs de cette méduse que le désagréable moment qu'elle m'aura fait passer, il est seulement mémorisé. Je ne sache pas que les méduses, aussi virulentes soient-elles, puissent laisser de marques du genre cicatrices. À moins que tu ne m'en apporte la contradiction.
Salut

Gérard STAGLIANO

Malheureusement si ! J'ai été piqué au visage à la mi Février. Cette piqure a engendré des brûlures puis des croûtes et au jour d'aujourd'hui je suis toujours marqué, d'où ma question !

E.MAS

 

 

Index

Toutes nos pages :

Faune sous-marine

 

     
 
Haut de page