MÉMOIRES DE BAINS ROMAINS

Couleurs

 

| A | B |
| C | D |
| E | F |
| G | H |
| I | J |
| K | L |
| M | N |
| O | P |
| Q | R |
| S | T |
| U | V |
| W|X |
| Y | Z |

 

 

Retour à l'index lettre C

Razza Grata.
Je ne suis pas sûr de l'orthographe de cet endroit situé légèrement à l'est de La Madrague, mais surtout sur l'itinéraire que nous nous plaisions à emprunter pour atteindre cette plage mythique à l'époque de notre jeunesse, dorée sur tranches, en Algérie.

Le dimanche matin, notamment, nous allions, longeant la Côte dite Turquoise de notre beau pays, nous retrouver bien évidemment du côté de Sidi Ferruch. Ce n'était pas pour honorer un des hauts lieux du débarquement allié du 8 mai 1942, mais plus prosaïquement pour nous retrouver, sur la terrasse ensoleillée du Parc aux Huîtres, chez Capomaccio, debout autour des tables en ciment, et déguster les huîtres, fraîchement sorties de l'eau selon notre choix, les ouvrir nous-mêmes et chacun pour soi. Il valait mieux savoir les ouvrir, de peur de manger moins que les copains. C'est fou ce qu'on apprend vite sous la pression.
C'était surtout un lieu de pèlerinage pour tout visiteur français de l'Algérie d'aller à Sidi-Ferruch pour y admirer, accessoirement aussi, la stèle de l'autre débarquement, celui des Français en 1830, mais surtout leur faire apprécier ce lieu de dégustation non seulement des huîtres mais de tous fruits de mer, langoustes y compris. Dans la lumière éclatante de l'été, dans l'air vibrant de chaleur que décrit si bien notre célébrissime écrivain pied noir, Albert Camus, dans "Noces".

Et à ce propos justement me revient une anecdote. Nous étions allés chercher, nous tous, les joueurs de l'O.D.M, Olympique des Deux Moulins en clair, un joueur prestigieux au port d'Alger. Il venait remplir ses obligations militaires et se rendait directement à l'École des Officiers de Réserve d'Infanterie de Cherchell - que je devais fréquenter à mon tour quelques mois plus tard. Nous étions chargés du transfert, sous réserve qu'il signe une licence à l'O.D.M. Il signa en définitive au G.S Alger-Hydra, mais passons.

Il débarquait de son Paris natal, grisâtre et tristounet à souhait, pour se retrouver dans la lumière et la chaleur de notre bel été des années 1957 ou 1958.
Arrivés à une petite encablure des Deux-Moulins, au lieu dit, la Poudrière, en bord de mer, soudain il nous fit taire. :
" Laissez-moi regarder les couleurs ! ".

Le ciel d'un bleu immaculé, l'autre bleu, celui plus violacé de la Méditerranée, et celles, rouge et blanche, du Poste d'essence Mobil qui se trouvait là, sous nos yeux. J'en fus tellement surpris que j'en suis resté coi et que j'en garde encore le souvenir vivace. Moi qui avais ce spectacle sous les yeux tous les jours sans le voir, ou du moins sans l'apprécier à sa juste valeur, comme ce Parisien, tout frais débarqué.

Ah ! j'oubliais. Il s'appelait Philippe Courtin. Et il figure encore dans toutes les salles de sport U.N.S.S pour la pureté de son geste d'attaque et à différents stades de son mouvement de bras et jambes. Une référence.

Quant à la lumière, elle l'aura marqué à vie car il possède un duplex aujourd'hui au plus haut d'un immeuble qui domine le port et la citadelle de Calvi. Et à vous tous qui lisaient ce récit je dis, non je hurle, ce qui me paraît l'évidence : " Ne pas mourir idiot, si vous ne connaissez pas la Corse, précipitez vous y. Chaque fois que je la quitte, j'en ai la chair de poule. Sous l'eau, comme au-dessus, c'est comme là-bas, on est chez nous, les senteurs du maquis, les fonds sous-marins, tout est à l'identique. Frissons assurés. "

Gérard STAGLIANO

     
 
Haut de page