MÉMOIRES DE BAINS ROMAINS

Z comme...

| A | B |
| C | D |
| E | F |
| G | H |
| I | J |
| K | L |
| M | N |
| O | P |
| Q | R |
| S | T |
| U | V |
| W|X |
| Y | Z |

Z'oublies

Zeb de Mer

 

ZÉRALDA

Zéralda, 28 km à l'Ouest d'Alger, un lieu privilégié pour tout amateur de mer et de nature puisque la forêt de pins maritimes venait y mourir sur la plage qu'une multitude de coquillages striés et orangés parsemaient à l'envi.

Nous y allions pour tout et rien, y cueillir à la saison toute sorte de champignons, mais aussi des arbouses et autres babioles ; nous y allions surtout pour profiter de la mer, de son sable très blanc et de son eau de mer translucide car en matière de chasse sous-marine, les fonds de sable n'incitaient guère à l'optimisme.

Les derniers temps de la Guerre d'Algérie, ce sont les paras de Bigeard qui avaient pris possession du site et les allers et venus étaient moins autorisés autour de leur site. Sans compter que depuis l'indépendance, Fernand Pouillon, l'architecte français bien connu, auteur de tous les bâtiments autour du port de Marseille, et surtout des deux complexes algérois d'avant l'indépendance, y a bâti une grand complexe de vacances.

Zéralda, pour les Algérois de l'époque, était l'une des destinations privilégiées de loisir axées sur les plaisirs de la mer : baignades, chasse sous-marine éventuelle, pêche à la ligne depuis le sable permettant de choper des marbrés, que sur la Côte d'Azur, on appelle des Mournes, mais aussi des pageots, des galets (nos mafrouns à nous) ou autre poissons « sablonneux ».

Un grand et bon souvenir en tout cas, sans doute un peu plus flou que les autres.

Z COMME, AUSSI... ZALLABIAHS

On passera sur l'orthographe que l'on peut écrire Z'labias, mais enfin tout pied-noir se reconnaîtra dans cette pâtisserie archi connue en forme de tubulures emberlificotées mais surtout « embargouinées » de miel, comme l'on dit sur la Côte d'Azur, que personnellement je n'ai jamais très appréciées. En effet toujours plus sel que sucre, je leur préférais de beaucoup les beignets arabes, vous savez bien ces rondelles imbibées d'huile ayant une délicate pâte translucide et croustillante en son centre et pour lesquels je me serais damné. Côté sucre, je leur préférais de beaucoup, soit les Makroutes, tout aussi mielleux mais plus consistants et fourrés à la date, soit les Cornes de Gazelles enfarinées ou plus encore sans doute ces délicieux Gâteaux « aux vermicelles » croustillants sur les bords (ce n'était pas de vrais vermicelles) farcis d'amandes pilées ou de pâte d'amande et toujours emmiellé à l'excès que notre femme de ménage, Zorah, nous faisait et que nous mangions encore tièdes jusqu'à l'écoeurement.

La lettre Z a donc pas mal de produits pour figurer en bonne place dans l'abécédaire de ce site.

Gérard Stagliano

Index Mails

Bonsoir,

je suis de Guyotville (enfin j'étais) j'habite à présent en Belgique, je regarde tous les sites du pays et je suis à la recherche de la recette des "zalabias" HUMMMMMMMMMMMM que c'était bon !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Pouvez-vous me dire sur quel site puis-je la trouver.

Raymond SANDRA

Bonjour,

Et merci de votre intérêt pour le site www.bainsromains depuis la lointaine Belgique… Pour moi, Méditerranéen, vous m'auriez demandé une recette de poissons, je me serais senti qualifié, mais en matière de pâtisserie, et orientale de surcroît, je suis plutôt démuni, inapte. J'ai bien sûr mangé des zalabias sans les apprécier autant que vous, moi je suis plutôt du genre salé et me serais damné pour les beignets arabes tout dégoulinants d'huile que nous achetions rue de Chartres à Alger ou près de l'école communale de Saint-Eugène (Alger). J'ai essayé de chercher sur la Toile une recette de cette pâtisserie, je parle bien sûr des zalabias, et je n'ai trouvé que celle-ci qui semble être une ersatz.

Nostalgériquement vôtre…

Gérard STAGLIANO

Jalebis
Voici un dessert très connu et très apprécié en Inde. C'est une sorte de Zalabia avec quelques différences.

Pour 4 personnes :
1 verre de farine, 1 pincée de sel, 1 cuillère à café de levure chimique, 3 cuillères à soupe de yaourt nature, 4 verres d'huile, 500 g de sure, 1 cuillère à café de curcuma, 4 gouttes d'eau de fleurs d'oranger.

Étapes :
Tamiser la farine avec le sel. Ajouter la levure chimique et un verre d'eau tiède graduellement. Ajouter le yaourt et remuer jusqu'à ce que le mélange devienne lisse. Couvrir d'un linge et laisser reposer dans un endroit tiède pendant huit heures. Dans une casserole, porter le sucre avec deux verres d'eau sur un feu vif. Ajouter le curcuma et l'eau de fleurs d'oranger et laisser bouillir jusqu'à devenir consistant. Laisser refroidir, porter le mélange déjà reposé sur feu moyen en remuant pendant cinq minutes. Mettre ensuite dans un sac en tissu. Faire sortir des petites boules de l'ouverture du sac et les glisser dans l'huile chaude. Faire frire très doré. Retirer avec une écumoire et mettre encore chaud dans le sirop froid. Servir chaud ou froid

Inès Al-Chérif

Mettait vous sur ce site et vous obtiendrez non pas une mais deux recettes de Zalabia !

http://membres.lycos.fr/regal/sous_categorie/patisserie_orientale_1.htm

Amicalement.

Gérard STAGLIANO

 

     
 
Haut de page